sahel-thumbnail
Rapports

Conflits au Sahel: Les enfants abandonnés

Publication year:

2021

Anglais, Français

Format:

PDF (2.6 MiB)

Publisher:

Save the Children International

Avec plus de 1.4 millions de déplacés internes, en août 2021, la hausse rapide des violences et l’insécurité croissante dans le Sahel Central ont conduit à une détérioration de la situation sécuritaire et à une crise humanitaire sans précèdent. Ces violences répétées perturbent gravement des services sociaux de base déjà fragiles et difficilement accessibles, comme l’éducation, la protection ou encore la santé. À l’heure de publier ce rapport, ce sont près de 4000 écoles qui continuent d’être fermées, en raison de l’insécurité qui touche 700 000 enfants dans les 3 pays. Parallèlement, en 2020, on estimait que 2.3 millions d’enfants avaient besoin de protection au Sahel Central et que 8 enfants sur 10 étaient exposés à différentes formes de violence[1].

Dans ce contexte extrêmement fragile et volatile, l’enrôlement des enfants par les groupes armés non étatiques apparaît comme un nouveau phénomène. Les groupes armés non étatiques profitent de la dégradation continue de l’environnement pour enrôler des enfants vulnérables qui deviennent les premières victimes des conflits en cours au Sahel Central. S’il reste difficile de déterminer avec exactitude le nombre d’enfants associés aux groupes armés, de plus en plus d’enfants sont victimes d’enlèvements, de meurtres, de mutilations, sont recrutés par des groupes armés non étatiques.

En 2020, selon le dernier rapport du Secrétaire général des Nations unies sur les enfants et les conflits armés, 1 enfant sur 3 victimes de violations graves se trouvait en Afrique de l’Ouest et du Centre. Rien qu’au Mali, selon les données officielles, en 2019, plus de 277 enfants ont été mutilés ou tués à cause du conflit, ce qui représentait le double du nombre total de 2018. Dans la région des trois frontières du Niger, « les groupes armés ont déjà tué plus de 60 enfants depuis de le début de l’année 2021 »[2].

Ce phénomène nouveau, grandissant et qui touche de nombreux enfants, trouve ses racines dans des causes multiples. Mais dans une région, où une personne sur deux a moins de 15 ans, ce phénomène nouveau est inquiétant.

Les données collectées récemment dans les trois pays convergent et témoignent d’une stratégie délibérée et clairement établie par les Groupes Armés /Groupes Armés non étatiques. Cette stratégie vise non seulement à saper la présence et la représentation de l’État, mais elle vise aussi à profiter des frustrations et des conditions difficiles dans lesquelles grandit une grande partie de la jeunesse de ces pays pour renforcer leur assise, à travers des modalités d’enrôlement multiples et variées.

Derrière l’illusion offerte aux enfants et aux jeunes de disposer d’un pouvoir et donc d’une reconnaissance sociale, dans des sociétés qui ne leur offre que peu d’avenir, la réalité est souvent moins heureuse. Certains enfants recrutés par les GA/GANE finissent par perdre leurs illusions et réussissent à échapper au contrôle des groupes armés. Mais ils ne bénéficient pas toujours d’un bon suivi. Cette absence de mécanismes de prise en charge des jeunes victimes des GA/ GANE handicape leur réintégration sociale.

Si la situation du Sahel Central est bien connue et reconnue, la situation de ces enfants est insuffisamment prise en compte dans les politiques actuelles, notamment dans les stratégies de prévention et de résolution du conflit. La prise en compte des besoins spécifiques des enfants, notamment en termes de protection et d’éducation, n’est plus seulement une question liée au respect de leurs droits. C’est une question essentielle pour aider le Sahel Central à sortir de la crise dans laquelle il est enferré!

Le Sahel Central fait aujourd’hui face à un défi sans précèdent, et une partie importante de sa réponse se trouvera dans sa capacité à offrir un avenir meilleur à sa jeunesse. À défaut d’offrir des solutions à cette génération actuelle, ces pays du Sahel Central risquent de se heurter à un mur sans retour.

[1]  https://www.unicef.org/wca/fr/communiqu%C3%A9s-de-presse/23-millions-denfants-auront-besoin-de-protection-dans-la-r%C3%A9gion-du-sahel

[2] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2021/09/niger-increasing-number-of-children-killed-and-recruited-by-armed-groups-in-sahels-tri-border-area-new-report/

View & Download

Autodetected language

Anglais

1 Documents

Other languages

Français

1 Documents

Document information

Format

PDF

Content type

Rights

© Author/Publisher

Subscribe and receive reading selections

Save all your favorite materials for future use

Upload research & contribute to the collection